La détaxe

À notre demande, la Direction générale des douanes et droits indirects a organisé le 15 avril dernier un forum sur la « détaxe », auquel ont participé une vingtaine de d’enseignes et de fédérations (Alliance, Kenzo, Fnac, LVMH, Cartier, Galeries Lafayette, Printemps, Bijouterie…). Les débats ont permis d’établir une cartographie de la détaxe en France, son évolution en termes de recettes, et de faire le point sur son outil opérationnel, Pablo, particulièrement performant.

 La détaxe, qui constitue un atout important pour notre activité commerciale, progresse fortement en France. Ainsi, le chiffre d’affaires « détaxé » a plus que doublé en sept ans, passant de 3,7 milliards en 2007 à 7,5 milliards d’euros en 2014. Environ 75% de ces achats sont réalisés en Île-de-France. Le panier moyen des achats détaxés s’élève à 1 200 €. Notons que la France est le premier pays européen en matière d’achats hors taxes et que Paris, dans ce domaine, se situe très loin devant Londres, Milan ou encore Barcelone.

TÉLÉTRAITEMENT PERFORMANT

Par ailleurs, la France est le seul pays, avec la Finlande, à avoir dématérialisé son circuit de détaxe. Elle dispose, à cet effet, d’un outil extrêmement performant, Pablo (Programme d’apurement des bordereaux par lecture électronique), qui offre un traitement rapide et simplifié des formalités de remboursement de TVA. Dans la pratique, les postes frontaliers sont équipés de bornes dotées d’écrans tactiles à lecture optique de codes-barres qui délivrent aux voyageurs un visa électronique pour leurs détaxes. Ces derniers évitent ainsi les longues files d’attente devant les guichets douaniers. Ce dispositif représente un avantage concurrentiel incontestable qui conforte la place de la France en matière de dépenses touristiques.

ASSOCIER LES COMMERÇANTS

Sur les 4,2 millions de bordereaux de détaxe traités par la douane, 80% le sont d’ores et déjà à travers l’application Pablo. Devant le succès de ce dispositif, la douane s’est fixé comme objectif de porter à 95% la part du télétraitement. Pour y parvenir, elle souhaiterait associer plus directement les commerçants à l’évolution de l’outil, dans l’optique d’une amélioration de la satisfaction du client.
Les commerçants intéressés pourront participer à la définition du cahier des charges pour la modernisation de Pablo et formuler leurs propres propositions en termes de simplification, d’ergonomie, de saisie des données, de communication auprès des voyageurs etc. Le seuil de la détaxe en France a également été abordé au cours du Forum. Parmi les pays européens, la France a retenu le seuil de détaxe le plus élevé, à savoir 175 € par jour et par achat dans le même magasin, contre seulement 20 € en Allemagne par exemple. Les instances représentatives du commerce ont émis le souhait que les douanes étudient sérieusement l’hypothèse d’un abaissement des seuils, lequel, couplé avec une ergonomie plus poussée de Pablo, constituerait un argument de vente supplémentaire auprès des touristes.